Jean-Léon Pallandre
Jean-Léon Pallandre © Lulla Chourlin

Jean-Léon Pallandre

Artiste sonore, musicien phonographiste, Jean-Léon Pallandre développe un travail de création qui explore les relations entre l’écoute, l’espace et la mémoire. A partir des prises de son qu’il réalise sur des sites ou dans des contextes choisis, il bâtit une oeuvre qui est une redécouverte du geste d’entendre, une invitation à accueillir l’événement sonore dans sa présence, sa profondeur, sa complexité et sa beauté. Jean-Léon Pallandre en est arrivé à développer cette approche personnelle très progressivement. Au départ, il suit une formation universitaire en Travail Social, puis deux années de formation professionnelle en Théâtre avant d’affirmer son orientation vers la musique. Il suit alors la classe de composition électroacoustique du compositeur Pierre Vasseur et complète sa formation en pédagogie musicale à l’Université de Lille III. Il enseigne de 1987 à 1991 au Conservatoire de Calais où il est chargé de la mise en place d’une antenne expérimentale de l’Ecole sur un quartier de la Ville. C’est dans ce contexte qu’il rencontre le compositeur Alain Savouret. Cette collaboration, qui deviendra complicité et amitié, est fondatrice pour l’engagement artistique qui va suivre. De 1994 à 2000, Jean-Léon Pallandre est chargé du développement de l’action pédagogique au Centre National de Création Musicale d’Albi. De nombreux projets pédagogiques sont mis en oeuvre. Parallèlement, il développe son expression artistique, notamment grâce à la rencontre du saxophoniste Michel Doneda et des artistes du réseau d’improvisateurs La Flibuste, qui l’amène à vivre d’intenses aventures dans le champ de l’improvisation. 

Depuis les années 2000, Jean-Léon Pallandre défriche son propre terrain d’expression artistique en free lance, notamment au sein de la compagnie d’Art Sonore Ouie/Dire, qu’il a fondé avec Marc Pichelin en 1994. Certaines de ses compositions sont éditées sous la forme de CD audio, telles les fameuses “cartes postales sonores”, mais l’essentiel de l’oeuvre est joué, mis en espace en situation de relation vivante aux auditeurs. Par ses spectacles, concerts, performances ou installations, l’auteur invite à un renouvellement de l’écoute : découvrir le paysage sonore en sublimant le quotidien, s’étonner de l’ordinaire, s’émerveiller de se sentir écoutant. On peut entendre cet artiste sur diverses scènes et festivals, en France et à l’étranger, seul ou avec d’autres artistes, selon les projets où il s’inscrit. Fréquemment investi dans des projets pluridisciplinaires, il travaille également en relation au théâtre ou à la danse. Il reçoit plusieurs commandes soutenues par l’Etat, intervient comme formateur à l’Université et dans les Conservatoires, répond à de multiples projets de Collectivités territoriales ou d’organismes culturels (Université de Géorgie, Parc Naturel des Landes, Ville de Colomiers, Biennales d’Art Contemporain…). 

Jean-Léon Pallandre développe sa pratique artistique dans des champs divers : la composition, l’improvisation, le spectacle, la relation pédagogique, l’édition. Pour lui, ces champs ne sont pas séparés les uns des autres : son sujet d’investigation est l’entendre et l’exploration la plus ouverte des gestes et des expériences que ce phénomène induit.

Créations 2015 : L’hameçon, spectacle, commande d’état ; Plume, spectacle jeune public, compagnie ouie/dire ; Akoigraphophonia, composition électroacoustique, commande de France Musique ; Lectures sur le paysage, suite de performances pluridisciplinaires ; Découdre, spectacle jeune public avec les étudiants de l’université d’Aix Marseille. 

Éléments similaires (par tag)